Trois questions à Sylvie Cazes, propriétaire du Chapon Fin et du château Chauvin

Sylvie Cazes est une personnalité incontournable du vin à Bordeaux. Dans son restaurant, à Bordeaux, Guy Savoy a pu goûter le grand cru classé de Saint-Emilion qu’elle produit.

Le 11 Septembre 2018 à 00h00

Dans son numéro de juin 2014, Gourmets de France faisait sa Une sur Sylvie Cazes avec ce titre « La Cité des Civilisations du Vin, c’est elle ». La Cité du Vin, qui a ouvert ses portes en 2016, a trouvé son nom définitif. Et Sylvie Cazes, moteur essentiel du projet, en est désormais la présidente de la Fondation. Femme d’énergie, Sylvie Cazes compte parmi ses nombreuses activités Bordeaux Saveurs, agence de voyage spécialisée dans l’œnotourisme, et le restaurant le Chapon Fin. Elle a également fait l’acquisition en 2014 du château Chauvin, grand cru classé de Saint-Emilion.

Comment s’est passée l’élaboration du premier millésime qui a suivi votre rachat du château Chauvin ?

« Nous avons eu la chance d’acheter la propriété en avril 2014. Donc nous avons pu suivre toute la maturation de la vigne et des raisins sur cette saison, avec un printemps un peu difficile mais ensuite un très bel été. Les raisins ramassés étaient bien mûrs, très jolis, très beaux. Ce qui a donné des vins très équilibrés, très harmonieux. Avec beaucoup d’élégance et de souplesse. »

Guy Savoy a remarqué que le millésime 2015 avait un peu plus de force que le millésime 2014.

« Oui, le millésime 2015 est un très grand millésime. Avec un très joli fruit. Il est encore jeune, il est possible de l’attendre cinq à dix ans. Mais il est un très beau millésime et nous avons eu beaucoup de plaisir à le réaliser. Les fermentations se sont très bien passées. Nous avons à peine eu besoin de trier les raisins. Et nous avons eu une matière formidable pour un élevage qui s’est très bien déroulé. »        

 

Comment avez-vous trouvé Guy Savoy, dans son rôle de président des Test-produits Gourmets de France ?

        « Il est formidable ! Guy Savoy a une opinion très précise et surtout une grande ouverture ! Il a cette très grande dimension de regard qui lui permet de remettre chaque chose dans son contexte. Et ainsi de l’apprécier d’autant plus, d’autant mieux, et d’être d’autant plus précis. Mais je dois dire que ce n’était pas ma première rencontre avec Guy Savoy. Car nous avons fêté les les 30 ans de mon fils aîné avec mes autres enfants dans son restaurant. C’était un très, très bon moment ! »